Ambaras

Ambaras (pol.) est un mot d’origine française, désignant une situation compliquée, génante. Un peu vieillot, on ne l’utilise plus vraiment aujourd’hui en polonais, sauf dans la citation (devenue proverbiale) : “Z tym największy jest ambaras,/Żeby dwoje chciało naraz”. Si vous êtes dépourvus du gène V (V comme vodka pas gène “5” hein) le nom de Tadeusz Boy-Żeleński ne vous dira probablement rien et vous ne pourrez certainement pas le prononcer mais, ce Monsieur, a profondément marqué la littérature polonaise et a fortement participé à ma compréhension du monde. Cette phrase est absolument géniale dans sa simplicité. Et surtout parfaitement juste. Quand vous y pensez, on vous a déjà dit “non”. Alors que ça vous faisait vraiment rêver. Une danse endiablée à la boume de 3e. Partager la table de dissection en 2nde. Une demi-place dans le lit dans la Résidence Universitaire. Venir à sa soirée de départ. Une demande sur Instagram. Un premier verre. Une dernier verre. Une sortie. Une nuit. Une vie. Enfin, pour être simple : quelqu’un n’était pas du même avis que vous. Ce quelqu’un était plutôt contre alors que vous étiez plutôt pour. Ou inversement. Pas irréversiblement. Mais à ce moment là, c’était un NON. (en gros) Cela ne vous a pas fait plaisir du tout. Vous n’aviez pas l’air très fier. Vous avez boudé. Vous avez tapé dans des murs en béton. Vous avez abusé de la boisson. Vous avez invoqué l’injustice des choses éternelles. Proféré quelques banalités. Balbutié quelques clichés. Et puis dans un moment de grâce, vous vous êtes rappelé, qu’il n’y a pas si longtemps que ça, vous avez également dis non. Et vous vous disiez “oh boy, oh boy ” dans votre tête (maintenant vous savez d’où ça vient, HA !), parce que vous auriez vraiment préféré dire oui, mais c’était pas possible. Le non était devenu la seule réponse envisageable. Et il vous a mis dans l’embarras. Dans l’embarras du non-choix.

*traduction libre : “C’est ça le plus grand embarras, / Pour que les deux veulent à la fois”

Advertisements
This entry was published on December 20, 2013 at 6:23 pm. It’s filed under alcohol, dilemne interne, love, pensées and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: