Un animal de compagnie temporaire

Alors je ne sais pas comment ça se passe avec vous, mais moi, j’inspire confiance et sérénité aux propriétaires d’animaux de compagnie. Et donc, à chaque fois qu’ils partent en vacances eux, ils me larguent des petits paquets vivants, ronronnant, poilus, grattant, aboyant et, en général, affamés. Un animal de compagnie temporaire, un ACT, est un être quelque peu sarcastique. Puisqu’il SAIT, oui oui, il sait très bien que vous n’êtes pas son maître actuel (“you are not my father !”) et donc que vous n’avez pas tout le power sur lui. Il sait que puisque vous n’avez qu’un temps limité pour lui donner tout votre amour, l’indulgence sera de mise. Et donc il vous fait découvrir mine de rien, une toute nouvelle géométrie de l’espace de votre appartement (pourtant, vous aviez impression de connaître vos 27m² d’appartement). Il mange des parties d’Anatole (mon palmier chéri) sans sourciller. Il aboie par surprise sur les voisins à 3h du matin. Il mange sournoisement le chocolat dans votre sac en daim beige et se vautre avec un air innocent dans votre linge propre. Puisqu’il SAIT, oui oui, il sait que la punition ne sera jamais terrible. Que vous allez le grondouiller vite fait. Qu’il va faire la gueule et que vous allez tout faire pour retrouver son amour abîmé. Il teste donc sans vergogne vos limites, les limites de votre lit, de votre balcon, de votre amour pour les fourrures, de votre patience, de votre envie de jouer, de votre réflexe, de votre vue, de votre ouïe. Parallèlement, l’ACT apprend très vite que vous êtes la personne qui va lui remplir la gamelle, jeter la baballe, changer la litière, sortir matin et soir (jours de beau temps, il va sans dire), gratouiller derrière l’oreille et/ou faire des câlins quand il vous le permettra. Et puis doucement mais sûrement, il s’installe, il prend place, dans votre lit, dans votre vie. Et puis du jour au lendemain, il prend sa gamelle, sa baballe, il vous laisse un sacré paquet de poils, fait la fête à l’être bronzé et reposé qui semble être son maître, en mieux, et puis voilà, en un mouvement de moustache l’ACT s’en va. Et vous, vous vous sentez un peu con et terriblement seul quand le matin personne ne vous fait la fête à cause de quelques cuillères de pâté.

Advertisements
This entry was published on November 5, 2013 at 11:12 am. It’s filed under friends and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: