Metro

La première fois que j’ai pris le métro parisien, j’avais environ 5 ans, la blondeur tout à fait polonaise et un enthousiasme sans fin (en soi, pas grand chose a changé en 22 ans). Un fois les portes du wagon refermées j’ai eu LE plus grand fou-rire de ma vie. Bon peut être à l’exception de celui qu’on a eu en cours de musique de 3e avec ma BFF du moment pendant la réalisation en duo de l’Hymne National polonais, ce qui nous a valu un zéro ROUGE dans le cahier de la maîtresse ainsi que la honte de la Nation sur nos épaules probablement jusqu’à la fin de nos vies. Un fou rire donc, je disais, qui a duré environ 5 stations et qui a mis mes parents dans un état de stupéfaction totale et les autres passagers du métro de bonne humeur, probablement la 1re fois de leur vie (sous terre). Depuis ce jour, envers et contre tous, j’aime le métro parisien. Malgré la liste infinie des fléaux, j’aime le métro. Malgré les moustiques sournois, les utilisateurs odieux et les odeurs d’outre-tombe j’aime le métro, parce c’est un formidable centre  d’observation des comportements humains. Plusieurs groupes de passagers peuvent d’ailleurs être distingués. Les littéraires : jamais sans leur livre. Les poles-dancers : soudés avec la barre. Les informés : avec tous les gratuits dispos dans la main, ils font un comparatif quanti et quali des news du jour. Les seat-fighters : capables de s’emparer de n’importe quel siège disponible à n’importe quel moment du trajet. Les claustro : non stop collés à la porte. Les maniaques : n’entrent en contact avec RIEN. Les Cartapus : on les voit, on les voit, on les voit pas, on les voit, mais surtout ils nous voient jamais quand on veut descendre. Les touristes : les touristes. Les persévérants : “ALLO OUI JE SUIS DANS LE METRO JE T’ENTEDS PAS TRES BIEN OUIIII AHHAHAHAHA GRAAAAAVE CARREMENT OUIIII”. Les sourds connus également sous le nom des DJ-populaires : proposant une programmation musicale à tout le wagon, grâce à un sound system de qualité : les écouteurs. Les équipés : poussette, vélo, meubles, plantes, animaux, RATP = restons avec toutes nos possessions. L’arrivée de Candy Crush Saga sur mobiles a néanmoins complètement bouleversé ce petit monde bien organisé. Passer au level 127 semble beaucoup plus essentiel que passer de la 10 à la 7.

Advertisements
This entry was published on October 15, 2013 at 10:01 am. It’s filed under paris, social and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: