Les limites

La limite c’est probablement la chose la moins aimée de la génération Y. Comme tout ce qui est lié à une notion de frontière (faite pour  être franchie) ou cadre (think outside of it !), la limite (“Non mais moi je suis no limit!” je m’auto-quote là) est constamment remise en question. Illustration : hier matin, j’ai franchi la limite géographique ultime : le périph ! Session émotion. Déjà, pour atteindre le point de contact avec LE RESTE de l’Île j’ai laissé une heure de vie aux souterrains parisiens et emprunté des lignes de métro aussi absurdes que la ligne 7bis (grand thumbs up pour le conducteur de métro qui fait le même trajet au minimum 15 fois par heure, on est avec vous cher monsieur le conducteur). Je suis allée jambes tremblantes et yeux rivés sur Google Maps à mon lieu de RDV en terre inconnue. Puis au bout de 50 m après le périph je suis tombée sur un Monoprix … et l’équilibre interne fut immédiatement rétabli. Suite à cette expérience, je me suis plongée dans une réflexion profonde sur l’absence des limites et profitant d’une soirée planifiée le soir-même j’ai décidé de mettre en oeuvre une (positive) attitude limitless, qui résulte aujourd’hui par un sérieux cas de veisalgie, mais passons. J’ai donc donné (et reçu) de l’amour no limit, j’ai ri no limite, j’ai rosé no limit, j’ai rillettes no limite aussi. Bref, j’ai passé un moment de bonheur no limit … jusqu’au moment où je me suis heurté à la limite d’un voisin. Lui, également dans une (negative) attitude limitless vociférait en sandales-chaussettes en contre-bas de mon balcon en brandissant vaillamment une boîte à pizza solitaire. Après quelques minutes d’insultes adressées au happy crowd ébahi je me suis décidée à faire une descente amicale pour entamer des pourparlers de paix entre deux trottoirs. Mais après un “Vous connaissez aucune limite vous les étrangers !!!” ayant baissé les bras pour éviter un contact imminent entre ma main et sa face je me suis dit mais quel dommage qu’il n’y a vraiment aucune limite à la connerie.

Advertisements
This entry was published on July 3, 2013 at 6:03 pm and is filed under alcohol, friends, love, paris, party, pensées, social, travel. Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: