Fourneaux

Je peux exactement situer le jour où j’ai eu le déclic cuisine. 13 ans et déjà pleine d’ambition : j’ai tout de suite visé le top en commençant par une pâtisserie classée “difficile” dans les fiches ELLE. Vouloir c’est pouvoir. Résultat ? Terreur en cuisine, les 4 saisons en une. Je me rappelle de cette foutue recette comme si c’était hier : fond brownie (okay, ça, ça va encore), couche confiture orange amère (début de panique), nappage chantilly chocolat aux éclats de caramel (AH HAH AHHAHAHA caramel ?!? AHAHHAHHAHA). 3 heures plus tard (45 min vous avez dit ?) j’ai remplacé l’unicité du gâteau par une consommation conceptuelle “1 en 3”. Le plus surprenant dans tout ça, c’est qu’à l’issu des 3 casseroles brûlées … c’était super bon. (Même que Madame Wanda l’a dit) Du coup je ne me suis plus jamais arrêtée  Ce fut une révélation. Une espèce d’évidence. Le combo gagnant : cuisiner-manger. Le chemin le plus court vers l’amour. D’ailleurs j’ai trouvé plusieurs chemins depuis : y a la soupe au potiron, la dinde farcie au foie gras, la tarte au citron, le riz coréen, le porc épicé,  la tarte melon-chèvre, la salade pêche-tomate, l’oeuf au chili, le …

Advertisements
This entry was published on February 2, 2013 at 11:11 am. It’s filed under food and tagged , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: