Calme olympique

De nature plutôt calme et polie, je perds mes moyens et ma bonne éducation dans une situation récurrente de ma vie : devant un serveur. Pourtant je voue un amour sans fin aux repas-au-restaurant. Chadoooore manger dehors. Pour des raisons probablement culturelles, j’ai toujours vécu les repas au restaurant comme des petites fêtes. Des célébrations du quotidien. Je ne suis pas du tout déficiente de la poêle, bien au contraire, mais ça donne un côté exceptionnel au repas de le manger dans une vaisselle étrangère. Bon bref, partout où je vais, je me crispe à la seconde du “vous êtes combien ?”. J’exècre le “c’est bon vous avez choisi ?”. J’ai la chair de poule au moment du “alôôôôrs ça vous a PLUUUU ?” Et c’est même pas géolocalisé. A Paris cela ne m’angoisse pas plus qu’à Rio. A Paris c’est limite une tradition, et je respecte les traditions. Mais c’est plus fort que moi. Je me défais instantanément de toute patience, force de relativisation ou tolérance spatio-temporelle. Comment fais-je alors ? Je pratique une discipline de haute précision. Les bars fixes. Je retrouve le calme au fond. #lepourquoiducomment

Advertisements
This entry was published on January 19, 2013 at 4:54 pm. It’s filed under alcohol, food, paris, social and tagged , , , , . Bookmark the permalink. Follow any comments here with the RSS feed for this post.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: